Accueil du site -

Paroles...

- Arrêtez les

Autres articles dans cette rubrique

Arrêtez les crimes israéliens à Gaza !

Les bombardements israéliens sur Gaza opèrent un véritable massacre et mènent une fois de plus le conflit d’occupation israélo-palestinien vers un nouvel abîme sanglant. A l’heure où nous écrivons ces lignes, 420 personnes ont péri et 2180 sont blessées, ce qui fait de ces journées les plus sanglantes depuis 1967. Fortifié par la tiédeur des réactions internationales et par le soutien des États-Unis, le gouvernement israélien a fait savoir que ceci n’est que le début de l’offensive.

Quoique Israël et de nombreux commentateurs puissent prétendre, les bombardements actuels de Gaza ne sont pas une réaction aux tirs de roquettes du Hamas qui a mis fin au cessez-le-feu le 19 décembre. Le journal israélien Haaretz (28.12.2008) écrit que le ministre de la Défense Eduh Barak a ordonné il y a déjà six mois à l’armée de se préparer à cette opération, au moment où le gouvernement israélien avait entamé avec le Hamas les négociations pour un cessez-le-feu. En outre, l’argument qu’Israël veut atteindre le Hamas ne justifie en aucune façon que des civils soient la cible de mesures punitives et d’opérations militaires. En réalité, c’est toute la population de Gaza qui est touchée. Ce qui est véritablement en jeu, c’est, d’une part, la liquidation de la résistance à l’occupation et l’extension de la colonisation sur la rive occidentale du Jourdain et, d’autre part, les élections en Israël. À cette occasion, les partis gouvernementaux veulent reconquérir le terrain perdu sur l’opposition d’extrême droite, dirigée par Benjamin Netanyahu, grâce à une action militaire d’envergure.

Le gouvernement israélien présente systématiquement ses propres méfaits comme de “l’autodéfense”. Israël réussit ainsi à susciter l’illusion qu’il n’a pas souhaité cette violence mais qu’il y est contraint par la violence du Hamas. Cette présentation des choses, reprise par de nombreux médias, repose sur une lecture fausse des faits pour au moins deux raisons.

Tout d’abord elle oublie l’histoire récente. Israël n’est pas la victime, mais le régisseur de ce drame. Comme force d’occupation, Israël contrôle l’espace aérien, les frontières, l’eau et les va-et-vient des Palestiniens de Gaza (et de la rive occidentale du Jourdain). Depuis que Gaza a été décrété « territoire hostile », en septembre 2007, après la prise de pouvoir par le Hamas, Israël bloque l’accès aux fournitures élémentaires. Les conséquences sont dramatiques. Il y a pénurie de tout : nourriture, médicaments, pétrole pour maintenir en fonction les générateurs d’électricité. Toute une population est affamée. Une étude récente démontre que 46 % des enfants souffrent d’anémie aiguë. « L’idée, selon un conseiller du Premier ministre israélien, il y a deux ans, est de mettre les Palestiniens au régime,non de les faire mourir de faim ». Cet objectif scandaleux est atteint. Selon la Croix Rouge, 70 % de la population souffrent d’un manque de nourriture. Il ne s’agit pas ici des conséquences de quelque catastrophe naturelle, mais des suites d’une politique consciente d’un État qui aime s’autoproclamer la seule démocratie au Moyen-Orient. Richard Falk, le rapporteur spécial des Nations-Unies parle d’une « infraction flagrante et massive au droit humanitaire international ».

En outre, on suscite l’impression fausse que Gaza et Israël sont deux adversaires sur pied d’égalité. Israël dispose d’une des armées les mieux équipées au monde contre laquelle les milices palestiniennes ne forment même pas un parti. Dans la mise en route de sa machine de guerre, le gouvernement israélien – au mépris des règles humanitaires – n’épargne aucune vie humaine. La dernière grande attaque sur Gaza, en février 2008, a fait 112 morts, dont un grand nombre de femmes et d’enfants. Bien que toute victime soit une victime de trop, il est important de rappeler que le nombre de morts palestiniens est un multiple des morts israéliens. Le site web du Middle East Policy Council nous apprend qu’en 2008, 29 Israéliens ont été tués contre 432 du côté palestinien. Du côté israélien il s’agit d’une forte diminution depuis 2002, qui totalisa 422 tués. Du côté palestinien, le prix payé est extrêmement élevé : de 1072 tués en 2002 à 432 en 2008, les centaines de morts de ces derniers jours non comptés. Ces chiffres ne tiennent pas compte des nombreux décès dus à l’embargo contre Gaza.

La politique délibérée de punition collective et de famine pour toute une population, dans l’espoir qu’elle se détourne des dirigeants qu’elle a élus, se produit sous les yeux de la communauté internationale. Des rapports bien documentés du rapporteur spécial sur les Droits de l’Homme pour les Nations Unies et des organisations des Droits de l’Homme sont classés sans suite. Le rapporteur spécial Richard Falk a demandé en vain une action immédiate contre ces « atteintes permanentes et à grande échelle au droit humain fondamental à la vie ». Il a demandé que les Nations-Unies fournissent un effort urgent pour protéger la population civile qui « est punie collectivement par une politique qui est égale à la commission de crimes contre l’humanité ». Peut-on être plus clair ?

Malgré cela, les États-Unis et l’Union européenne ont fait tout le contraire pendant tout ce temps. Les Etats-Unis déversent chaque année 2.5 milliards de dollars d’aide militaire à la force d’occupation israélienne et multiplient les accords et projets de collaboration militaire. Washington a toujours soutenu la politique israélienne contre Gaza et a fait savoir qu’il soutient l’impitoyable campagne militaire en cours. L’Union européenne n’a aucune objection à de bonnes relations avec Israël. Mieux encore. Au dernier sommet européen, début décembre, le Conseil de l’Union européenne a même décidé de « revaloriser » ses relations avec Israël, malgré un vote négatif du parlement européen.

Cette politique cynique des deux grandes puissances est en bonne voie d’enterrer le droit international. Elle sape ainsi toute autorité pour faire la leçon à d’autres en cette matière, alors qu’il y a précisément urgence pour une pression internationale qui mette fin à l’intervention sanglante de l’armée israélienne et au blocus inhumain de Gaza. Nous appelons dès lors à une condamnation vigoureuse d’Israël et à la suspension de tous les accords commerciaux et diplomatiques avec Israël tant que continue la politique d’occupation.

Auteurs du texte : Ludo De Brabander, responsable de l’asbl Vrede et lecteur à l’École supérieure Artevelde de Gand ;Ludo De Witte, publiciste ; Nadia Fadil, post-doctorante à l’Université européenne de Florence et à la KULeuven Contact francophone : Nadine Rosa-Rosso nadinerr@gmail.com

Première liste de signataires francophones (04.01.2008)

Lofti Abou Sariya (artiste peintre) ; Mehmet A. Saygin (juriste- UETD) ; Marco Abramowicz (psychothérapeute, PJPO Ittre) ; Alain Adriaens (député bruxellois honoraire, ECOLO) ; Sanaa Alaoui (comédienne) ; Benjamin Alvarez (artiste-animateur socio éducatif) ;Taoufik Amzile (Association Renaissance) ; Luis Arce Borja ( El diario Internacional) ; Houssaïen Azmani-Matar (conseiller en prévention Infrabel) ; Rudi Barnet (consultant audiovisuel) ; Abdelrhani Belhaloumi (conseiller communal à Saint-Gilles) ; Samira Benallal (présidente de l’asbl Declick) ; Miguelle Benrubi (médecine générale) ; Ahmed Bouda (Directeur Radio Al Manar – Bruxelles) ; Mohammed Boukourna (ancien député PS 2003-2007, conseiller communal Koekelberg) ; Gihan Boukyoue (gestionnaire de dossier) ; Jean Bricmont (physicien) ; Didier Brissa (militant écosocialiste, UAG) ;Jacques Brouckaert (Union internationale des parlementaires pour la Palestine) ; Anne Cattiez (conseillère communale Ecolo - Charleroi) ; Denis Caudron (enseignant) ; Céline Caudron (LCR) ; Mustafa Chafik (reporter photographe) ; Souhail Chichah (assistant en Economie Politique et Chercheur en Economie de la Discrimination, Solvay Business School, ULB) ; Younes Chikri (médiateur social) ; Gerardo Cornejo (UDEP – occupation ULB VUB) ; Ralph Coeckelberghs (militant monde associatif ONG) ; Nada Dajjani (enseignante) ; Christine De Bauwe (philosophe, psychothérapeute) ; Katty De Boeck (enseignante) ; Walter De Clerck (bénévole à Oxfam) ; Ignès De Coune (artiste) ; Réginald de Potesta de Waleffe, (bénévole chez Oxfam) ; Noëlle De Smet (enseignante) ; Gauthier de Villers (sociologue) ; Céline Delforge (députée bruxelloise Ecolo) ; Paul Delmotte (enseignant) ; Gilberte Demol (dentiste Kraainem) ; Martial Demunter (retraité actif) ; Nadia Derfouf (étudiante en coopération internationale-ULB) ; Jean-Marie Dermagne (avocat et enseignant à l’université) ; Ouardia Derriche (militante des droits humains) ; Serge Deruette (professeur FUCAM et UMH) ; Freddy Dewille (conseiller communal du groupe "Gauche" Anderlues) ; Isabelle Doms ; Thierry Dufour (asbl Secours Populaire Wallonie-Bruxelles) ; Paul-Emile Dupret (juriste) ; Mohssin El Ghabri (étudiant en sciences politiques et administrateur au Cercle des étudiants Arabo-Euopéens de l’ULB) ; Sara El Idrissi (étudiante) ; Saïda El Khonssi (travailleuse sociale) ; André Engelen (délégué FGTB Arcelormittal Châtelet) ; Jean-Claude Englebert (secrétaire politique Ecolo-Forest) ; Jamal Es samri (sociologue) ; Oscar Flores (CRER) ; Sakina Ghani (étudiante en littérature et vice présidente du Cercle des Etudiants Arabo-Européens de l’ULB) ; Aoued Gherbi (enseignant) ; Henri Goldman (auteur) ; Malika Hamidi (doctorante) ; Sophie Heine (politologue à l’ULB) ; Ali Hocine (formateur, administrateur, média) ; Denis Horman (LCR-Liège) ; Monique Humbert (bibliothécaire retraitée) ; Heinz Hurwitz (professeur émérite de l’ULB, administrateur de l’Institut d’Etudes du Judaïsme Martin Buber) ; Marc Jacquemain (professeur Ulg) ; Raoul Marc Jennar (membre du Comité national du Nouveau Parti Anticapitaliste-France) ;Larbi Kaddour (employé) ; Zakia Khattabi (sociologue, militante des droits de l’homme) ; Abdelhafid Krai (employé) ; Hagar Lachiri (assistante sociale, étudiante en Coopération internationale -ULB) ; Fouad Lahssaini (député fédéral Ecolo) ; Pierre-Yves Lambert (chercheur indépendant) ; Jean-Jacques Layeux (peintre, ancien délégué syndical) ; Sophie Léonard (journaliste) ; Daniel Liebmann (Union des Progressistes Juifs de Belgique) ; Paul Lootens (permanent syndical FGTB ) ; Yacob Mahi (Dr. en Histoire et Sciences des Religions de Lille3, Théologien, Islamologue) ; Ural Manço (Chargé de cours aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles) ; Roland Marounek (employé) ; Francis Martens (psychanalyste) ; Gilles Martin (éditions Aden) ; Freddy Mathieu (syndicaliste, Mons) ; Nicole Mayer (docteur en sciences sociales) ; Abdelmajid Mhauchi (enseignant) ; Mohsin Mouedden (média) ; Ahmed Mouhssin (Conseiller communal) ; Abdou Moussadaq (sidérurgiste) ; Renée Mousset (association belgo-palestinienne Liège, ancienne secrétaire nationale Cgsp ministères) ; Suzanne Mousset (scientifique) ; Marie Nacif (Secours populaire) ; Hassan Nasser (consultant) ; Younes Nassir-Sahli (étudiant en sciences humaines et président du Cercle des Etudiants Arabo-Européens de l’ULB) ; Chantal Nef (enseignante) ; Saad Nejmi ; Saïdi Nordine( Mouvement Citoyen Palestine ) ; Nouria Ouali (chercheure ULB) ; André Paquet (administrateur ALE Aisleau-Prêle, militant FGTB métal Charleroi) ; Madeleine Parent (kinésithérapeute) ; Daniel Peraya (Professeur à l’Université de Genève) ; Pierre Piérart (professeur honoraire UMH) ; Claudine Pôlet ; Isabelle Ponet (LCR-Liège) ; Jean-François Pontégnie (Une Autre Gauche, Climat et Justice sociale) ; Isabelle-Soumaya Praile (présidente association Kawtar) ; Nathalie Preudhomme (enseignante) ; Maria Puig (Philosophe ULB, Visiting Fellow Cardiff University) ; Hamel Puissant (animateur-formateur) ; Nadia Remy (enseignante) ; Mohamed Rharib (enseignant) ; Ataulfo Riera (employé, LCR) ; Michel Roland (professeur de médecine générale) ; Nadine Rosa-Rosso (enseignante) ; Edith Rubinstein (femme en noir) ; Carine Russo (sénatrice Ecolo) ; Mariejo Sanchez (enseignante) ; Gilles Smedts (Parti humaniste) ; Michel Staszewski (enseignant) ; Thierry Tonon (secrétaire régional Centrale Générale FGTB – Namur) ; Merouane Touali (chercheur) ; Michèle Van Huysse (enseignante retraitée) ; Alain Van Praet (délégué syndical CSC) ; Daniel Vanhove (observateur civil en Palestine) ; Freddy Visconti (délégué syndical FGTB à Arcelormittal Châtelet) ; Dominique Waroquiez (enseignante LCR-Belgique) ; Fatima Zibouh (doctorante en sciences politique et sociale) ; Claude Zylmans (libraire - conseil) ; Noé Zylmans (étudiant)

Répondre à cet article

Veuillez vous connecter afin de participer au forum
Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]