Accueil du site -

Activités...

- Rencontre

Autres articles dans cette rubrique

Y ont participé les écoles suivantes : Institut Paul Henri Spaak à Laeken et Institut des Filles de Marie à Saint-Gilles ainsi que la Police de la Zone Bruxelles-Midi.

- En collaboration avec le centre pour l’égalité des Chances et le centre culturel De Pianofabriek.

- Compte-rendu de la rencontre entre la Police de la zone midi (service proximité) et des élèves de deux écoles bruxelloises

- Facilitateur : Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) Organisateur : Déclik (en partenariat avec le Pianofabriek)

1. Contexte

- Contexte général : à l’initiative de L’ASBL Declik , il a été décidé d’organiser des rencontres entre les jeunes et les policiers

Dans ce cadre, Déclik a contacté le Centre afin de faciliter cette rencontre par la préparation des deux groupes (élèves/policiers) et l’animation de la rencontre finale.

- Contexte de la zone de police midi : Alain Pillot et Marc De Ridder font partie du Service de proximité de la zone de police Bruxelles-Midi créé afin de recréer des liens en interne-au sein de leur zone (bureau d’aide aux victimes, participation aux réunions des cellules sécurité et association aux plans catastrophe, redéveloppement de la médiation et engagement d’agents de concertation) ainsi qu’avec les quartiers/la population de la zone. Le service est très récent et est donc intéressé à créer une série de liens avec des acteurs-clés de la société tels qu’une association comme Déclik, des écoles et des jeunes élèves.

- Contexte des écoles : Les deux écoles engagées dans le projet (l’Institut des Filles de Marie et de l’Institut Paul Henri Spaak) ont des classes avec des élèves d’origines très variées. Ces élèves ont pour la plupart une image assez négative de la police, que ce soit suite à un vécu personnel avec la police ou par les récits qu’ils ont eu d’amis ou de membres de leur famille. Ils sont très intéressés par une rencontre avec des policiers. Les professeurs impliqués dans le projet sont très motivés et essaient de faire des liens entre cette rencontre et les cours donnés (exemple : un des professeurs a inscrit cette rencontre dans le cadre de son cours de français. La préparation de la rencontre avec les policiers a été l’occasion pour elle de le lier à des thèmes tels que l’argumentation).

 Objectif principal de la réunion de juin 2010 : meilleure connaissance et compréhension mutuelle entre services de police et les élèves de deux écoles bruxelloises.

2. Plan d’action

Date Lieu Objectif - remarques 12/03/2010 Pianofabriek Rencontre entre le Centre, Déclik, 25 élèves et 2 professeurs de l’Institut des Filles de Marie et de l’Institut Paul Henri Spaak. Durant cette réunion, les élèves ont pu exprimer leurs vécus et leurs expériences avec le monde policier. Ils ont ainsi pu nommer certains problèmes rencontrés et ébaucher des pistes de solutions (voir annexe 1). De même, par le biais de différents exercices, ils ont pu se rendre compte combien nous sommes tous guidés par des stéréotypes et préjugés dans notre perception de l’autre (y compris le policier). 13/04/2010 CECLR Réunion entre le Centre et Alain Pillot ainsi que Marc De Ridder, policiers à la zone de Bruxelles-Midi. Cette réunion a permis d’échanger sur le travail respectif de chacun et voir comment préparer au mieux la rencontre avec les élèves. Il est décidé que nous allons organiser une rencontre entre le Centre et les policiers de l’équipe du service de proximité. 26/04/2010 CECLR Réunion entre le Centre et 5 policiers de la zone Bruxelles-midi. Lors de cette réunion, à l’instar des élèves, les policiers ont pu exprimer leurs vécus avec les jeunes de leur zone et les problèmes rencontrés. Un compte-rendu des paroles des jeunes leur a été donné et ils ont également pu envisager des pistes de solutions (voir annexe 2). Mai 2010 Institut des Filles de Marie Réunion entre le Centre et la classe de l’Institut des Filles de Marie impliquée dans le projet. Durant cette réunion, nous avons préparé concrètement la rencontre : Comment se présenter aux policiers ? Quel message faire passer ? Comment communiquer ? Qui prendrait la parole etc ? Le professeur en charge de la classe s’est engagé à poursuivre la préparation. 27/05/2010 Institut Paul Henri Spaak Idem que ci-dessus avec les élèves de l’Institut Paul Henri Spaak. Mai-juin 2010 - Institut des Filles de Marie
- Institut Paul Henri Spaak Rencontres avec les élèves des écoles afin de faire un montage vidéo leur permettant de se présenter aux policiers (objectif : diffuser le reportage lors de la rencontre avec les policiers du mois de juin). Cette phase du projet a été prise en charge par le Pianofabriek. Juin 2010 Pianofabriek Rencontre entre les policiers et les élèves, modérée par le CECLR

Conclusions par rapport à cette rencontre :

-  Aussi bien les élèves que les policiers et leur hiérarchie ont évalué positivement cette rencontre. Celle-ci a permis de déconstruire de nombreux stéréotypes et préjugés de part et d’autre. Ainsi les policiers ont pu expliquer tous les stress liés à leur fonction (travail dans l’urgence, difficulté d’évaluer la « dangerosité » de quelqu’un quand on est dans une course poursuite et de mettre sa vie en danger, difficulté de porter un uniforme et de faire constamment l’objet de remarques voire moqueries/insultes, manque de reconnaissance) et leur vocation à être au service de la population et faire leur travail le plus professionnellement possible. Ils ont également évoqué « l’homme » qu’il y a derrière chaque uniforme, avec des passions comme eux (guitare ou autre), des familles, … De leur côté les jeunes ont pu expliquer les difficultés liées aux contrôles (humiliation, découragement devant la répétition, …), aux comportements arrogants et discriminatoires de certains policiers, aux raisons pour lesquelles ils manifestent parfois par rapport à la police (il a été fait référence à une course-poursuite avec un jeune de Saint-Gilles à l’issue de laquelle le jeune a été tué. Les jeunes ont expliqué qu’il ne remettait pas en cause le passé délictuel de leur ami mais ont expliqué leur choc face à la perte de quelqu’un avec qui ils ont passé de bons moments), …

-  Le processus pour arriver à la rencontre est long (plusieurs réunions de préparation sont nécessaires avec chaque groupe) mais essentiel pour que la rencontre se passe de manière constructive et dans la confiance.

3. Objectifs potentiels à long terme

-  Organisation régulière de rencontres entre des jeunes élèves et la police  inscrire cette action sur du long terme afin de pouvoir créer un vrai réseau. Dans ce cadre il serait intéressant d’iidentifier un relais pour les jeunes au sein de la police (et inversement, la police pourrait avoir une personne-relais auprès des jeunes).

Le Centre peut jouer le rôle de facilitateur et d’accompagnateur dans un premier temps mais ces activités pourraient ensuite être reprises par le service de proximité de la zone midi (la police a déjà l’expérience de ce type de partenariats – cfr l’organisation de séances de prévention/sécurité routière menées dans les écoles primaires) et certaines associations.

-  Créer un réseau/plate-forme où différents acteurs-clés peuvent se retrouver : police, jeunes, parents, ASBL, gardiens de la paix, maisons de jeunes, représentants de la commune, …

Annexe 1 : Réunion avec les élèves de l’Institut des Filles de Marie et de l’Institut Paul Henri Spaak – 12 mars 2010

1. Problème soulevés par les élèves dans leur rapport avec la police

 Trop de contrôles  « Ils contrôlent plus les étrangers que les Belges ».  « Ils contrôlent trop les jeunes d’origine étrangère (trop de racisme) ».  « J’ai l’impression que la police contrôle juste pour le plaisir. Ils font beaucoup d’arrestations ».  « Trop de contrôles ».  « Ils embarquent n’importe qui sans raisons ».  « Contrôles trop fréquents avec les jeunes. Certains policiers se sentent trop supérieurs ».  « J’aime pas la police parce qu’ils contrôlent toujours mon grand-frère pour rien ».  « Trop de contrôles. Stop à la tolérance zéro ».  « Trop de contrôles, trop d’insultes ».  « Les agents de police maltraitent les gens. Les agents contrôlent plus les gens de couleur que ceux qui sont de la Belgique .  « Trop de discriminations. Injustice : trop de contrôles. »  « Les policiers viennent te demander les papiers à 2h du matin chez nous ».

 Manque de compréhension des jeunes  « Ils n’essaient pas de comprendre les jeunes. »  « La police prend tous les jeunes en général et les mettent dans le même lot ».  « Manque de respect. La police et les jeunes ne se comprennent pas ».

 Intimidation  « Pourquoi la police vient avec des grosses armes pour un jeune comme à Molenbeek ? Pour faire peur ? Pourquoi la police font les durs ? »  « Pourquoi ils essaient de nous faire peur ? »  « Ils se croient puissants. »

 Inefficacité

 « Ils viennent deux heures plus tard sur les lieux. Trop de pouvoir tue. Ils ne servent à rien. »

 Racisme - discriminations

 « Trop d’arrestations pour racisme. »  « Le racisme. La police se croit mieux que les autres personnes. »

2. Solutions proposées par les élèves par rapport aux problèmes soulevés ci-dessus

 Dialogue – rencontres

 « Pouvoir discuter avec eux. Pouvoir s’arranger avec eux et qu’ils nous laissent tranquilles ».  « Discuter avec la police. »  « Plus de tolérance : il faut que la police et les jeunes s’approchent ».

 Diminution des contrôles

 « Arrêter de contrôler pour le plaisir. Tout le monde au même niveau. »  « Ils doivent arrêter de faire ça (contrôler) ».  « Il faut que la police vérifie avant de contrôler les jeunes ».  « Qu’ils arrêtent de contrôler et expliquent pourquoi ils te contrôlent ».  « Tous les agents de police doivent traiter les gens de la même façon. Contrôler tout le monde qu’il soit blanc, noir, arabe ou autre étranger. »

 Défaitisme  « Il n’y a rien de bien (comme solution). »

 Comprendre les causes de la délinquance  « Essayer de voir pourquoi et comment cet enfant est devenu délinquant. »

 S’attaquer aux causes  « Il faut trouver du travail pour les jeunes. »

 Plus de diversité dans la police  « Plus de policiers étrangers. »

 Divers  « Tolérance zéro »  « Le service militaire »  « Faut faire une guerre civile »  « L’amour et plus la guerre. Peace and love. »  « Leur faire comprendre que tout le monde a des droits. »

  Annexe 2 : Réunion avec 5 policiers opérationnels du service de proximité de la zone Bruxelles-midi – 26 avril 2010

1. Problème soulevés par les élèves dans leur rapport avec la police

 Image négative de la police  « Les jeunes ne voient en la police qu’une image négative = rejet (pas une généralité ! ».  « Nous avons l’impression d’être un obstacle à leur liberté. Parfois ils voient du racisme là où il n’y en a pas ».  « La police casse les business établi par certains groupes. »

 Manque de respect de la police  « Manque de respect de l’uniforme à de l’autorité ».  « Manque de respect et de civisme »  « Problème d’identification vis-à-vis de l’autorité »  « Problème de communication ».

 Personnalité des jeunes  « Problème d’orgueil »  « Problème d’identité culturelle à déracinement

 Manque de respect pour la « société »  « Attitudes négatives dans les lieux publics ».  « Manque d’intérêt pour la vie en société. »  « Manque d’ambition individuelle. »

2. Solutions proposées par les policiers par rapport aux problèmes soulevés ci-dessus

 Dialogue – rencontres

 « Le service de proximité ».  « Dialogue à être plus présent ».  « Interaction dans les deux sens à police <-> jeunes  « Avoir un groupe représentatif au sein même du quartier ».  « Inclure une présence régulière des services publics dans les cours de civisme au sein des écoles. »  « Plus de contacts hors du contexte rue ».

 Education des jeunes

 « Revoir l’éducation en général. »  « Plus d’information pour les jeunes sur ce qu’est le racisme ».

 Education des policiers

 « Plus éduquer les policiers (éviter comportements déviants de certains) ».  « Plus de transparence de l’action des services de police. »

 Education des parents

 « Attirer l’attention du rôle du « papa » ».

Répondre à cet article

Veuillez vous connecter afin de participer au forum
Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Galerie image


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]