Accueil du site -

Activités...

-

Café-Citoye...

- "Le don

Le sang est un organe liquide du corps humain ; il a comme fonction de transporter de nombreuses substances à travers tout le corps, et ce, via le système vasculaire.

En moyenne, 5 litres de sang coulent dans le corps humain. Sa composition est la suivante :

- 45% de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes
- 55% de plasma ( partie liquide du sang )

Les cellules sanguines :

Elles forment 45 % du sang et se répartissent en :

- Globules rouges - Représentation de globules rouges
- Globules blancs - Représentation de globules blancs

- Plaquettes sanguines - Représentation de plaquettes sanguines

Ils contiennent de l’hémoglobine, responsable de la coloration rouge du sang. Ils sont fortement déformables afin de pouvoir se frayer un passage à travers les vaisseaux sanguins étroits (capillaires). Il y a environ 5 millions de globules rouges par mm³ de sang. Ils assurent le transport de l’oxygène dans l’organisme.

Ils sont dits blancs parce qu’ils forment une pâte blanchâtre lorsqu’on les sépare des autres cellules sanguines. On en dénombre entre 4000 et 10000 par mm³ de sang. Granulocytes, lymphocytes ou monocytes, ils assurent par leur spécificité propre les fonctions de défense de l’organisme contre les agents pathogènes.

Elles ont la forme de disques et sont au nombre de 150.000 à 350.000 par mm³. Elles colmatent les blessures vasculaires et les fissures dans la paroi des vaisseaux en formant un amas appelé thrombus ou caillot.

L’albumine

Transporte divers composants du sang et, par son pouvoir osmotique, assure le maintien de l’eau à l’intérieur des vaisseaux.

- Les immunoglobulines ou anticorps ; elles sont produites par les lymphocytes. Elles jouent un rôle important dans la défense de l’organisme contre les agents pathogènes.

- Les facteurs de coagulation

- Le plasma sanguin contient plusieurs facteurs de coagulation responsables avec les plaquettes de l’arrêt des hémorragies

- Les lipoprotéines : Ce sont les protéines lipidiques du sang ; elles assurent le transport des acides gras et du cholestérol absorbés au niveau de l’intestin grêle.

Les groupes sanguins

Les groupes sanguins des donneurs doivent être compatibles avec ceux des receveurs, surtout lors de la transfusion de globules rouges.

* Système A B O * Antigène Rh ( D ) * Le système HLA

Système A B O

C’est Karl Landsteiner qui a découvert les groupes sanguins ABO. Il a constaté que le sérum (liquide jaune qui se forme après coagulation du sang) d’un sujet provoque une agglutination des globules rouges de certaines autres personnes. Durant les six premiers mois de la vie, l’organisme forme des anticorps dirigés contre les antigènes de groupe sanguin dont il est lui-même dépourvu. Lors de la détermination du groupe sanguin, ces anticorps se combinent avec les globules rouges appartenant à d’autres groupes sanguins et provoquent leur agglutination. Le groupe sanguin indique donc quels antigènes se trouvent sur les globules rouges.

Il existe 4 groupes sanguins : A, B, AB et O

Groupe Sanguin - Rapport population - Antigène de groupe sanguin sur les globules rouges - Anticorps dans le sérum

A 45% Antigène A Anticorps anti-B

B 8% Antigène B Anticorps anti-A

AB 3% Antigènes A et B Pas d’anticorps anti-A ni anti-B

O 44% Pas d’antigène Anticorps anti-A et anti-B

Antigène Rh ( D )

Environ 85 % des Européens possèdent cet antigène D et sont appelés Rh positifs. Inversement, il existe 15 % de sujets dits Rh négatifs. Lors d’une transfusion de sang, il faudra dans la mesure du possible éviter de donner le sang d’un donneur RH positif à un receveur Rh négatif. En effet, le receveur qui ne possède pas l’antigène D pourrait produire des anticorps anti-D, pouvant provoquer une réaction dangereuse lors d’une nouvelle transfusion.

Activités internationales

- Service du Sang

- où donner votre sang ?

- le donneur

- en savoir plus sur le sang

- f.a.q.

Les dons de sang sont-ils suffisants en Belgique ?

La Belgique est un pays où le sang est disponible en suffisance. On constate toutefois que le nombre des donneurs diminue régulièrement d’année en année. Cela est dû, en particulier, au fait que les critères de sélection médicale sont devenus de plus en plus stricts.

Pour garder notre autosuffisance, le Service du Sang doit pouvoir compter sur l’assiduité des donneurs existants, mais aussi sur un renouvellement permanent.

Le don de sang, c´est facile et ça fait plaisir !

Danielle - Le 24 juillet 2008

Quand j´ai accouché, j´ai reçu 3 poches de sang. Ce qui m´a sauvé la vie et me permet de voir grandir mes merveilleux jumeaux qui ont maintenant 10 ans.

S´il n´y avait pas eu de donneur, le pire serait arrivé. Depuis ce jour, j´ai toujours pensé "rendre" ce beau cadeau.

Quand ma meilleure amie m´a dit qu´elle donnait, avec son mari, depuis quelques années, ce fut pour moi le déclic et l´occasion d´aller me rendre compte sur place.

Depuis, je donne du sang et du plasma régulièrement. Le personnel est super sympa, les autres donneurs aussi, c´est l´occasion d´y aller à plusieurs et à chaque fois, c´est le même sentiment de se sentir "utile". N´hésitez pas à le faire !

Trouvez une collecte de sang

Trouvez le lieu de collecte le plus proche de chez vous est devenu plus simple que jamais avec notre système de recherche.

Vous pouvez également inviter une connaissance à la même collecte que vous : une façon conviviale de promouvoir le don !

Fort de son expérience, de sa volonté d’uniformisation des processus et du travail consciencieux des dernières années, le Service du Sang a été certifié ISO 9001 pour l’ensemble de ses activités.

La Certification ISO 9001 est une marque de qualité et rélève d’une réelle politique qualité. La rigueur dans le travail, la vision globale des activités permettent une remise en question de chaque unité fonctionnelle et des réajustements à la réalité du monde transfusionnel.

Une certification telle que celle-ci garantit une maîtrise totale du processus depuis le prélèvement jusqu’à la distribution de la poche. La norme ISO 9001 nous oblige à enregistrer tous les incidents, ce qui nous permet d’avoir un aperçu de l’ensemble des dysfonctionnements. Des exemples simples permettent d’en saisir tout la pertinence : lors du prélèvement, des étiquettes sont mal collées sur les tubes d’analyse ; la machine du laboratoire ne peut reconnaître ces tubes ; le personnel du laboratoire prend les mesures qui s’imposent. C’est une non conformité, une erreur dite humaine et qui "peut" arriver. Si ce type de problème est arrivé 5 fois sur toute l’année, nous savons que cela reste une erreur humaine. Par contre, si cet événement survient 102 fois sur l’année, il est important d’en analyser les causes et d’y remédier par des formations adéquates du personnel, par exemple.

Le sang

Cette page répond à la plupart des quesqions qui nous sont posées à propos du sang et de son utilisation.

* Le sang total * Les groupes sanguins * Les analyses * Les produits issus de vos prélèvement

Le sang total

photo du processus de déleucytationLe sang est un organe liquide du corps humain ; il a comme fonction de transporter de nombreuses substances à travers tout le corps, et ce, via le système vasculaire.

En moyenne, 5 litres de sang coulent dans le corps humain. Sa composition est la suivante :

* 45% de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes * 55% de plasma ( partie liquide du sang )

Les cellules sanguines

Elles forment 45 % du sang et se répartissent en :

Globules rouges Globules blancs Plaquettes sanguines Représentation de globules rouges Représentation de globules blancs Représentation de plaquettes sanguines

Ils contiennent de l’hémoglobine, responsable de la coloration rouge du sang. Ils sont fortement déformables afin de pouvoir se frayer un passage à travers les vaisseaux sanguins étroits (capillaires). Il y a environ 5 millions de globules rouges par mm³ de sang. Ils assurent le transport de l’oxygène dans l’organisme.

Ils sont dits blancs parce qu’ils forment une pâte blanchâtre lorsqu’on les sépare des autres cellules sanguines. On en dénombre entre 4000 et 10000 par mm³ de sang. Granulocytes, lymphocytes ou monocytes, ils assurent par leur spécificité propre les fonctions de défense de l’organisme contre les agents pathogènes.

Elles ont la forme de disques et sont au nombre de 150.000 à 350.000 par mm³. Elles colmatent les blessures vasculaires et les fissures dans la paroi des vaisseaux en formant un amas appelé thrombus ou caillot.

Le plasma

Sans plasma, les cellules sanguines ne pourraient pas être transportées à travers le corps. Jaunâtre, il constitue la partie liquide du sang.Le plasma est composé de 90 % d’eau et de 10 % de protéines, de sels, d’hormones et de substances lipoprotéiques.

Emplacement des composants dans une poche après centrifugation : les globules rouges en dessous, le plasma au dessus et une couches de plaquettes au milieu :

- Les composants principaux du plasma

- L’albumine - transporte divers composants du sang et, par son pouvoir osmotique, assure le maintien de l’eau à l’intérieur des vaisseaux.

- Les immunoglobulines ou anticorps ; elles sont produites par les lymphocytes. Elles jouent un rôle important dans la défense de l’organisme contre les agents pathogènes.

- Les facteurs de coagulation - Le plasma sanguin contient plusieurs facteurs de coagulation responsables avec les plaquettes de l’arrêt des hémorragies Les lipoprotéines. Ce sont les protéines lipidiques du sang ; elles assurent le transport des acides gras et du cholestérol absorbés au niveau de l’intestin grêle.

Les groupes sanguins

Les groupes sanguins des donneurs doivent être compatibles avec ceux des receveurs, surtout lors de la transfusion de globules rouges.

* Système A B O * Antigène Rh ( D ) * Le système HLA

Système A B O

C’est Karl Landsteiner qui a découvert les groupes sanguins ABO. Il a constaté que le sérum (liquide jaune qui se forme après coagulation du sang) d’un sujet provoque une agglutination des globules rouges de certaines autres personnes. Durant les six premiers mois de la vie, l’organisme forme des anticorps dirigés contre les antigènes de groupe sanguin dont il est lui-même dépourvu. Lors de la détermination du groupe sanguin, ces anticorps se combinent avec les globules rouges appartenant à d’autres groupes sanguins et provoquent leur agglutination. Le groupe sanguin indique donc quels antigènes se trouvent sur les globules rouges.

Il existe 4 groupes sanguins : A, B, AB et O Groupe Sanguin Rapport population Antigène de groupe sanguin sur les globules rouges Anticorps dans le sérum A 45% Antigène A Anticorps anti-B

B 8% 8% Antigène B Anticorps anti-A AB 3% Antigènes A et B Pas d’anticorps anti-A ni anti-B O 44% Pas d’antigène Anticorps anti-A et anti-B

Antigène Rh ( D )

Environ 85 % des Européens possèdent cet antigène D et sont appelés Rh positifs. Inversement, il existe 15 % de sujets dits Rh négatifs. Lors d’une transfusion de sang, il faudra dans la mesure du possible éviter de donner le sang d’un donneur RH positif à un receveur Rh négatif. En effet, le receveur qui ne possède pas l’antigène D pourrait produire des anticorps anti-D, pouvant provoquer une réaction dangereuse lors d’une nouvelle transfusion.

tableau des compatibilités des groupes :

http://www.hema-quebec.qc.ca/

Le système HLA

On sait aujourd’hui que les cellules sanguines ne sont pas les seules à posséder des antigènes caractéristiques de l’individu, mais qu’il y en a aussi dans les divers tissus du corps. C’est pourquoi celui-ci essaie de rejeter les organes étrangers lors d’une greffe.

Ces phénomènes de rejet sont dus à l’existence d’un système antigénique découvert à l’origine sur les globules blancs : d’où le nom de système HLA ( Human Leucocyte Antigen). Le système HLA, particulièrement complexe, s’exprime à la surface des globules blancs et de tous les tissus de l’organisme. Il participe en outre aux mécanismes de défense immunitaire. De ce point de vue aussi, les êtres humains possèdent des caractéristiques très individuelles, puisque chacun a une "constellation" HLA génétiquement différente, ses "empreintes génétiques" en quelque sorte.

Le système HLA est important pour celui qui doit souvent recevoir des transfusions de sang ou subir un traitement avec des produits sanguins contenant des globules blancs (des leucocytes). Son corps se défendra contre les antigènes HLA étrangers en produisant des anticorps. Il ne supportera plus les dérivés du sang après un certain temps et les préparations de plaquettes resteront sans effet parce qu’il y a aussi des antigènes HLA à la surface des plaquettes sanguines.

C’est pourquoi les dérivés sanguins doivent être déleucocytés (élimination des globules blancs) surtout lors de traitements transfusionnels répétés, par exemple lors du traitement d’un patient souffrant d’une leucémie.

La détermination du système HLA est également très importante lors des dons de moelle.

Analyses réalisées

- Le groupe sanguin

- Le dosage de l’hémoglobine pour la recherche d’une anémie

- La numérotation des globules blancs pour la recherche d’une infection

- Le dépistage des maladies transmissibles par le sang

o Les hépatites o La syphilis o Le SIDA

- et éventuellement

o La Malaria o Le Cytomégalovirus

Le groupe sanguin

Celui-ci est déterminé à chaque don. Une carte officielle de donneur de sang est remise ou transmise au donneur après deux déterminations.

Le dosage de l’hémoglobine

L’hémoglobine transporte l’oxygène au niveau des tissus. Son déficit est souvent lié à une carence en fer.

Ce qu’il faut faire si le taux d’hémoglobine est trop faible : vous pouvez vous présenter au Centre de Transfusion pour contrôler le résultat ou consulter votre médecin traitant.

La numération des globules blancs

L’augmentation ou la diminution du nombre des globules blancs peut traduire une affection le plus souvent banale, mais parfois plus sérieuse.

Ce qu’il faut faire si le nombre de globules blancs est anormal : vous pouvez vous présenter au Centre de Transfusion pour contrôler le résultat ou consulter votre médecin traitant.

Les hépatites

Qu’est-ce qu’une hépatite virale ?

C’est une maladie du foie due à une infection virale ( virus A, B, C,… ). Le sujet atteint peut l’ignorer (porteur sain du virus) et se présenter pour donner du sang.

La transmission peut se faire :

* Par l’alimentation * Par des contacts avec du sang contenant le virus * Par des relations sexuelles (si le partenaire, qu’il soit régulier ou épisodique, est porteur du virus) * Par les gestes de la vie quotidienne avec des personnes porteuses du virus (parents, frères, sœurs, etc…)

Les Centres de Transfusion Sanguine pratiquent différents examens afin d’écarter tous les dons de sang susceptibles de transmettre les virus des hépatites B et C aux malades :

* la recherche directe du virus de l’hépatite B : antigène HBs * la recherche des anticorps contre le noyau du virus de l’hépatite B : anticorps antiHBc * la recherche des anticorps contre le virus de l’hepatite C : anticorps antiHCV * la recherche du génome du virus de l’hépatite C

Que signifie votre résultat ?

* SI VOUS ETES PORTEUR DE L’ANTIGENE HBs : L’antigène HBs traduit la présence dans votre sang du virus de l’hépatite B. Ce qu’il faut faire : consulter votre médecin traitant. Le virus est contagieux. Il faut donc par précaution : o faire tester l’entourage immédiat et le vacciner en fonction du résultat ; o renforcer les mesures d’hygiène individuelle : + utiliser un préservatif si le partenaire n’est pas vacciné ; + ne pas prêter les objets personnels (tels que rasoir, brosse à dents) ; + laver et désinfecter à l’eau de Javel les objets contaminés par du sang. o le porteur de l’antigène HBs ne peut plus donner de sang.

* SI VOUS PRÉSENTEZ L’ANTICORPS ANTI-HBc : Cet anticorps est le souvenir d’un contact avec le virus de l’hépatite B. Ce contact peut être ancien : vous êtes alors en bonne santé. Toutefois, l’anticorps antiHbc peut être parfois associé à l’antigène HBs présent à un taux non détectable par les tests actuels. Dans ce cas, nous serons amenés à vous demander de ne pas poursuivre les dons de sang. * SI VOUS PRESENTEZ L’ANTICORPS ANTI-HCV confirmé : Vous avez été vraisemblablement en contact avec le virus de l’hépatite C et vous ne présentez en général aucun signe de maladie. Mais le don de sang n’est pas possible en l’état actuel des connaissances. Ce qu’il faut faire : consultez votre médecin traitant.

La syphilis

La présence d’anticorps anti-syphilis traduit le fait que vous avez été en contact avec l’agent responsable de cette maladie. Il peut s’agir d’un contact ancien. Toutefois, dans ce cas, vous ne pouvez plus faire don de votre sang.

Ce qu’il faut faire : consulter votre médecin traitant.

Le SIDA

La présence d’anticorps anti-HIV 1-2 confirmé signifie que vous avez été en contact avec le virus du SIDA. La recherche de génome du virus HIV1 est également effectué sur chaque don. Le résultat n’est jamais annoncé par courrier. Le donneur est convoqué au Centre de Transfusion et l’annonce du résultat est faite par le médecin.

Enfin,

Les médecins du centre de transfusion restent à votre disposition pour vous donner les explications complémentaires que vous désirez.

Ils restent également à la disposition de votre médecin traitant pour toute information ou explication complémentaire.

Les produits du Sang

* Concentré de globules rouges * Le plasma congelé * Plaquettes * Concentré de plaquettes sanguines * Solution d´albumine * Immunoglobulines * Facteurs de coagulation * Concentrés unitaires de plaquettes

Concentré de globules rouges Standard

* Peut se conserver 42 jours, au frigo, entre 2 et 6° C. * Indiqué dans toutes les anémies importantes, lorsque la restitution de la capacité de transport de l’oxygène s’avère cliniquement et biologiquement nécessaire. * Il s’agit bien entendu d’un traitement substitutif et non étiologique. * Ce produit est désormais remplacé par le concentré déleucocyté.

Déleucocyté

* Conservation : comme le concentré standard. * Destiné à limiter les réactions transfusionnelles liées aux anticorps anti-leucocytes ou anti-plaquettaires présents chez le receveur, phénomène fréquent chez les polytransfusés. * Particulièrement indiqué chez un patient qui risque d’avoir besoin de transfusions sur une longue période. * Ce produit a désormais remplacé le concentré standard.

CMV négatif

* Ce type de concentré est prélevé chez un donneur qui ne possède pas d’anticorps anti-CMV. * Peut se conserver 42 jours, au frigo, entre 2 et 6° C. * Spécialement indiqué chez les sujets immunodéprimés ou immunologiquement immatures (prématurés, nourrissons) avec risques d’atteintes viscérales (pneumopathies interstitielles, hépatites), spécialement dans un état immunitaire déficient, etc…

Phénotypé

* Conservation 42 jours, au frigo, entre 2 et 6°C. * Indiqué chez les patients présentant des anticorps anti-globules rouges, ou afin d’éviter une immunisation. * Concentré de globules rouges dont d’autres antigènes érythrocytaires que ABO et Rh ont été déterminés.

Irradié

* Indiqué dans les situations où les défenses de l’organisme sont particulièrement atteintes, pour prévenir la maladie du greffon contre l’hôte (post-transfusionnelle).

Congelé

* Il s’agit donc d’un concentré de globules rouges cryopréservés. * Il faut réserver son utilisation à des situations particulières : o transfusion de globules rouges à des patients de groupes sanguins rares et / ou ayant des allo-anticorps multiples. o l’utilisation de cette préparation pourrait être envisagée dans des cas très particuliers pour des transfusions autologues.

Autologue

* Conservation 42 jours, au frigo, entre 2 et 6°C. * Ne peut être utilisé que pour le patient qui a prédonné son sang en vue d’une opération préprogrammée. * La retransfusion des unités de prédonation doit se faire selon les mêmes critères cliniques et / ou biologiques que ceux qui prévalent aux transfusions allogéniques.

Autres

* Des poches à usages pédiatrique sont préparées uniquement au fur et à mesure des besoins. * Certains produits sont éventuellement préparés, s’il y a lieu, dans des situations tout à fait particulières, après avis circonstantié du médecin clinicien, et en concentration avec le médecin du Centre de Transfusion responsable de la délivrance des produits.

Le plasma congelé : produit intermédiaire

* Le plasma congelé est obtenu par centrifugation à partir de sang complet ou par des techniques d’aphérèse. * Il est mélangé à d’autre plasmas pour former des "pools" pour toute la Belgique. Ce processus est réalisé au DCF (département central de fractionnement). * Il est ensuite fractionné, ce qui permet d’obtenir toute une série de préparations qui sont appelées "dérivés stables" (plasma frais congelé viro-inactivé, solutions d’albumine, facteurs de coagulation et immunoglobulines) ; décrits dans les pages suivantes. * La viro-inactivation et la préparation de ces dérivés est aujourd’hui reservée à quelques entreprises hautement spécialisées car elle nécessite un appareillage technique très coûteux.

Le plasma frais congelé viro-inactivé (PVI)

* Il peut se conserver 1 an, à une température de maximum -25° C. * Il subit un processus de viro-inactivation par traitement au bleu de méthylène ou par traitement solvent-detergent-chauffage. * Indiqué en cas de troubles de la coagulation, avec atteinte probable des facteurs de l’hémostase documentée par une anomalie des tests de coagulation ; ou en cas d’atteinte isolée d’un facteur de coagulation pour lequel il n’existe pas de préparation spécifique.

Les solutions d’albumines

* Dans ce cas-ci, l’inactivation virale est obtenue par pasteurisation.

L’albumine à 20%

* Il s’agit d’une préparation "hyperoncotique". * L’albumine à 20% sert, grâce à son pouvoir osmotique, à maintenir la circulation du sang lors d’hémorragies importantes suite à une opération ou des brûlures. * La durée de conservation est de 3 ans à température ambiante.

Le SSPP

* C’est une Solution Stable de Protéines Plasmatiques. * Utilisée en cas de pertes protéiques importantes.

Les facteurs de coagulation

* Jadis les hémophiles ne vivaient guère au-delà de vingt ans. A ce jour, grâce à la substitution du facteur de coagulation manquant, ils ont une survie et un mode de vie tout à fait normaux. o Pour l’hémophilie A, il s’agit du facteur VIII. o En ce qui concerne l’hémophilie B, il s’agit du facteur IX.

Actuellement, il existe des facteurs VIII et IX recombinants obtenus par génie génétique. * Si on ne remédiait pas à cette déficience, tout saignement pourrait avoir des conséquences fatales. * Le déficit en certains autres facteurs de coagulation peut être compensé par d’autres préparations : il s’agit du facteur VII, du facteur VIII von Willebrand, du fibrogène et du PPSB (complexe de Prothrombine). * La viro-inactivation est obtenue par traitement "solvant-détergent". * La durée de conservation est de 2 ans.

Les immunoglobulines

* Les immunoglobulines servent au traitement et à la prévention de nombreuses maladies infectieuses : o soit d’origine virale, par exemple la rubéole, la rougeole, la jaunisse. o lors d’infections bactériennes, pour prévenir le tétanos, la maladie hémolytique du nouveau-né, et dans le traitement d’une immuno-déficience. * On les appelle communément Gammaglobulines. * La viro-inactivation est obtenue par fractionnement à l’éthanol, et pour les préparations intraveineuses, par traitement à la pepsine. * La durée de conservation est de 3 ans.

Les plaquettes

Concentré standard de plaquettes déleucocyté

* Il s’agit d’un concentré de plaquettes préparé à partir de sang complet = 1 unité. * Ce produit se conserve 7 jours, à température ambiante et en agitation régulière. * Ce concentré est toujours déleucocyté. * Les indications sont les mêmes que celles reprises ci-dessous pour le concentré unitaire de plaquettes déleucocyté.

Concentré UNITAIRE de plaquettes déleucocyté

* Il s’agit d’un concentré de plaquettes préparé à partir d’une thrombaphérèse ; le concentré contient donc plusieurs unités de plaquettes émanant du même donneur. * Indication : o La décision de transfuser des plaquettes ne doit pas être prise sur la seule base d’une numération faisant apparaître un déficit en plaquettes. o La présence d’une thrombocytopénie sévère, accompagnée d’une hémorragie cliniquement significative imputable au déficit en plaquettes, peut être considérée commme une indication impérative. o Dans tous les autres cas, la transfusion de plaquettes est plus ou moins relative et dépend de l’état clinique du patient.

Source : Site Internet de la Croix Rouge de Belgique
- http://www.transfusion.be/pages/fr/…

Répondre à cet article

Veuillez vous connecter afin de participer au forum
Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Galerie image


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]