Accueil du site -

Activités...

-

Café-Citoye...

- Une rencon

• Café-citoyen : dernière rencontre citoyenne avant les élections régionales et Européennes du 7 juin.

Une rencontre avec le PS (cette fois-ci) pour mieux connaître et comprendre les enjeux des élections, présentation du programme PS.

Les invités :

· La Candidate Karine Lalieux (Echevine à la ville de Bruxelles et députée fédérale)

· Le candidat Mohamed Ouriaghli (Echevin à la ville de Bruxelles)

· La candidate Myriem Amrani (Présidente de l’asbl Dakira)

Quand ? Vendredi 5 juin de 17h30 à 20h

Où ? 35A, rue du Fort à 1060 Bruxelles

Programme PS pour la Région Bruxelles-Capitale

Chapitre 1 FACE A LA CRISE : SOUTENIR UNE ECONOMIE REGIONALE DURABLE Les conséquences de la crise financière vont affecter durablement l’économie mondiale et les Etats seront amenés à poursuivre leurs interventions pour assainir le système, le réguler, mais aussi pour soutenir la relance de l’activité économique. La Région bruxelloise n’échappe pas à cette obligation. Une action publique déterminée est d’autant plus nécessaire à Bruxelles que notre Ville -Région rencontre le paradoxe d’être à la fois une zone économique forte, mais sans retombées équivalentes pour l’ensemble de ses habitants, notamment parce que les emplois créés à Bruxelles profitent trop peu aux Bruxellois(es). Il s’impose donc, en premier lieu, d’amplifier la dynamique du Contrat pour l’Economie pour l’Emploi (C2E), plan de développement et de redéploiement économique axé sur la création d’activités et d’emplois que le Gouvernement a lancé sous cette législature, en concertation avec les acteurs économiques et sociaux de la Région. L’accompagnement des entreprises en matière d’urbanisme et d’environnement, l’aide à la relocalisation d’entreprises, l’acquisition de terrains mis à disposition d’entreprises, la création d’incubateurs pour investisseurs étrangers,…, ont été renforcés avec la mise en oeuvre du C2E. Un soutien particulier a été apporté aux secteurs économiques les plus porteurs d’emploi (Horeca, commerces, construction, non marchand) et d’innovation (TIC, santé, environnement) et de nouvelles expériences professionnelles ont été ouvertes pour les jeunes. Pour soutenir l’activité et l’emploi, il convient de continuer à miser sur le dialogue avec les partenaires sociaux et de renforcer les instruments publics de soutien à l’économie bruxelloise existants (Société de Développement de la Région de Bruxelles-Capitale, Société Régionale d’Investissement de Bruxelles, Agence Bruxelloise pour l’Entreprise,…). Le PS défend l’attribution des aides aux projets porteurs d’emplois, innovateurs, respectant les principes de développement durable et qui investissent dans la formation des travailleurs. La vocation internationale de la Région est aujourd’hui la première garante de sa stabilité économique. Le Plan de Développement International (PDI), adopté en 2007, vise à développer ce potentiel et à protéger la capacité concurrentielle de Bruxelles face aux autres métropoles, notamment en équipant dix zones du territoire régional encore insuffisamment exploitées d’infrastructures de dimension internationale (centre de congrès, stade, espace de loisirs, etc. .). Le Plan contribuera ainsi à la réduction des inégalités sociales et territoriales, objectif qui figure au coeur au projet défendu par le PS depuis la naissance de la Région, en privilégiant l’intérêt des Bruxellois à travers l’emploi et l’affectation d’espaces pour du logement. Si Bruxelles, comme toutes les grandes métropoles, accueille nombre d’emplois hautement qualifiés, le développement de socles économiques engageant de la main-d’oeuvre moins qualifiée est nécessaire au développement même de la Région. La diversification de l’économie bruxelloise doit y participer. Ainsi les 4 secteurs du tourisme et de l’Horeca, dans le cadre du développement international, le secteur de l’éco-construction, de la réparation et de la maintenance, du commerce, des services aux personnes mais aussi l’inductrie, constituent des lieux privilégiés pour l’action de la Région, à travers un soutien financier, l’élargissement de l’offre de formation, la réalisation de travaux… L’action de la Région doit encore se diriger vers des domaines d’activité qui se caractérisent par un besoin limité en termes de superficie, un mélange d’emplois qualifiés et moins qualifiés, une priorité accordée à l’innovation, et la possibilité de créer des filières de sous-traitance. Le PS continuera à apporter une attention privil égiée au secteur non marchand. Ce secteur représente, au sens large, près de 50% de l’emploi à Bruxelles et, outre sa plus-value sociale, apporte aussi une réelle plus value économique. La conversion écologique de pans entiers de notre économie régionale figurera parmi les axes d’actions prioritaires. Le PS bruxellois défend la mise sur pied, conjointement avec les différents niveaux de pouvoir, d’une véritable « Alliance pour l’Emploi et l’Environnement » en Région bruxelloise. Enfin, l’influence économique de Bruxelles dépasse largement ses frontières. Le PS plaide pour l’élargissement de Bruxelles, solution de bon sens à différents points de vue, et pour l’instauration de collaborations avec les deux autres régions pour mettre en oeuvre des politiqu e cohérentes en matière d’accueil des entreprises, d’aménagement du territoire, de mobilité et d’environnement, dans l’hinterland de Bruxelles. A la condition, bien évidemment, que ces collaborations ne prétextent aucune ingérence dans les affaires bruxelloises. 1. Renforcer les instruments publics de la politique économique En période de crise, il est impératif de renforcer les instruments publics de soutien à l’économie et d’aider les entreprises à accéder au crédit. Le PS propose de :
- étendre et garantir l’accès aux crédits et aux investissements financiers pour les entreprises bruxelloises, en particulier par le biais de la SRIB qui doit voir ses missions de cofinancement et de financement renforcées. Confier à la SRIB la coordination des principau x instruments financiers de la Région ;
- garantir, par l’ABE, la parfaite information des entrepreneurs et des candidats entrepreneurs et la promotion de tous les acteurs publics, associatifs et privés susceptibles de consolider les projets des entrepreneurs ;
- stimuler et accompagner la croissance des entreprises bruxelloises par l’investissement, l’innovation et l’internationalisation en étroite synergie avec Bruxelles Export, l’ABE et la SBRB ;
- démultiplier les opérations menées par l’Agence Immobilière Economique (IE) encadrées par la SDRB. 5 2. Développer des espaces économiques et valoriser le potentiel du Port de Bruxelles Le développement d’espaces économiques, sur un territoire restreint devant également protéger d’autres fonctions - comme le logement - est l’exercice rempli par la SDRB à travers le développement de structures d’accueil pour les entreprises. Cette action a permis, sur la seule année 2007, la création de 3.160 emplois. Avec 350 entreprises et 13.000 emplois directs et indirects, la zone portuaire bruxelloise est un pôle économique régional de premier plan et un " secteur porteur de croissance et d’emploi " pour la Région de Bruxelles-Capitale. 60% des ouvriers du secteur portuaire sont des bruxellois. La voie fluviale permet en outre d’éviter 700.000 camions par an dans la ville, soit 2.000 camions en moins par jour. Le PS propose de :
- renforcer le rôle de soutien à l’expansion économique de la SDRB et favoriser par son biais la création de parcs PME (modules de 200-250 m2) pour accueillir ou garder des PME dans le tissu urbain ;
- développer l’activité portuaire à Bruxelles tout en veillant à sa bonne intégration dans la ville ;
- réaffirmer l’affectation aux activités portuaires des parcelles situées entre le Pont des Armateurs et la frontière régionale (Schaerbeek-Formation) ;
- élaborer une plate-forme interrégionale afin de créer, en collaboration, des espaces économiques ;
- accélérer l’application des schémas directeurs élaborés pour les 10 zones stratégiques du PDI. 3. Déployer la dimension internationale de Bruxelles La mise en oeuvre du Plan de Développement International, qui intègre les objectifs de mixités sociale et fonctionnelle, constituera un vecteur de relance économique directement, par les travaux, et indirectement par l’impact pour le tourisme et l’Horeca, par la valorisation du secteur recherche et développement, l’impulsion à la culture, etc. Le PS propose de :
- développer les infrastructures propres à renforcer l’attractivité de la Région : construction d’infrastructures hôtelières et d’un centre international de congrès, d’une grande salle de spectacle, d’un grand stade, de pôles culturels, ce en intégrant des expériences formatives pour les demandeurs d’emploi bruxellois ;
- veiller à maintenir et encourager l’implantation des organismes européens et internationaux tout en planifiant les mixités sociale et fonctionnelle ;
- initier des partenariats public-privés tout en garantissant aux pouvoirs publics la maîtrise des projets ; 6
- mettre en oeuvre un plan de " city -marketing ", concerté avec l’ensemble des acteurs et propre à développer une véritable stratégie de promotion de la Région. 4. Développer une croissance alliant environnement et emploi Les métiers de l’énergie constituent assurément un gisement d’emploi essentiel pour le développement durable de la Région. Le PS propose la coordination autour des enjeux de l’éco-construction et de l’éco-rénovation de l’ensemble des acteurs intéressés en Région bruxelloise. Les mesures proposées par le PS pour encadrer et structurer le secteur sont présentées au chapitre Environnement. 5. Soutenir l’économie locale L’économie locale, grâce aux partenariats noués entre la Région et les communes ou encore à l’apport de moyens provenant des Fonds structurels européens, s’est considérablement développée au cours des dernières années. Elle remplit, outre ses objectifs économiques et de création d’emplois, des objectifs de revitalisation des quartiers et de formation professionnelle. Une série de mécanismes, concentrés sur les zones en difficultés socio-économiques, tels que les Centres d’entreprise (CE), les Guichets d’Economie Locale (GEL) ou le micro-crédit (BruSoc) ont démontré leur utilité, et doivent voir leurs moyens renforcés. Le PS propose :
- tout en continuant à concentrer les ai des sur les zones en difficultés socioéconomiques et sur base de l’expérience de la mise en réseau des GELs, doter chacune des communes, notamment avec les Maisons de l’Emploi, d’un interlocuteur public ou associatif susceptible de dispenser des informations de première ligne, de guider, voire d’accompagner les projets d’économie locale. Les synergies avec le réseau des GELs seront recherchées pour arriver à un réseau bruxellois de la création d’entreprise garantissant qu’au nom du droit à l’initiative éco nomique, chaque bruxellois puisse bénéficier de conseils de qualité pour envisager son projet entrepreneurial ;
- augmenter, pour le micro-crédit, les capacités de la SRIB (BRUSOC) en termes d’encours et de conseils ;
- étendre le bénéfice des mécanismes du micro-crédit à des publics fragilisés avec la collaboration des acteurs existants (Brusoc, Crédal,…) ;
- prévoir l’appel aux structures liées à l’économie locale dans les clauses sociales des marchés publics. 7 6. Développer l’économie sociale L’économie sociale propose depuis ses origines des alternatives économiques au modèle libéral dont la faillite actuelle renforce la pertinence. L’ordonnance organisant l’aide au secteur de l’économie sociale a été adoptée sous cette législature. Au niveau de l’emploi, l’évolution a été significative : passage de 449 emplois financés en 2005 à 1.167 en 2007. En 2008, 62 initiatives ont été financées avec une prévision de plus de 1.300 emplois. Une grande majorité des emplois créés concerne des personnes avec une faible qualification, une longue durée du chômage ou bénéficiant du droit à l’intégration sociale. La procédure d’agrément des Initiatives locales de développement de l’emploi (ILDE) et des Entreprises d’insertion (EI) a été simplifiée. Pour le PS, il est indispensable de soutenir le secteur de l’économie sociale mais également d’en accroître la visibilité. Le PS propose de :
- favoriser la professionnalisation des agences conseil en matière d’économie sociale ;
- favoriser un micro-crédit ciblé vers des projets collectifs en tant qu’outil d’insertion économique de personnes exclues du circuit bancaire traditionnel  ;
- encourager l’émergence de projets collectifs respectant les principes de l’économie sociale, notamment dans la problématique de la transmission d’entreprise via la reprise par les travailleurs ;
- développer et soutenir l’utilisation des clauses sociales et environnementales dans les marchés publics ainsi que la réservation de marchés afin de faciliter l’intégration de demandeurs d’emploi accompagnés dans des structures d’économie sociale ;
- soutenir les entreprises d’insertion dans le secteur des services aux entreprises, afin de permettre le regroupement des besoins en main d’oeuvre peu qualifiée non rencontrés pour les petites et moyennes entreprises ;
- développer un volet important de l’alliance emploi-environnement sur l’économie sociale ;
- confier à la SDRB une mission de soutien au développement de l’économie sociale tant associative que commerciale ;
- encourager le développement du tourisme social ;
- poursuivre les efforts en matière de communication afin de mieux coordonner les actions et de toucher le plus large public possible ;
- sensibiliser les acteurs d’animation économique aux services que les entreprises d’économie sociale peuvent offrir aux entreprises classiques ;
- sensibiliser le monde de l’éducation à l’économie sociale : organisation d’informations pour les professeurs, prix du projet en économie sociale sur base de l’analyse d’un business plan, formations spécifiques intégrées dans les cursus d’économie… 8 7. Soutenir les indépendants Le PS défend le droit à l’initiative économique pour toutes et tous. Les aides régionales (micro-crédit, prêts, etc.) ont, en particulier, permis à des publics divers de mettre sur pied leur entreprise. Le PS entend continuer et développer de nouvelles actions. Le PS propose de :
- faciliter l’accès au crédit pour les petites entreprises et les indépendants, particulièrement en temps de crise, en augmentant les budgets de la SRIB et du Fonds de garantie ;
- simplifier les démarches administratives, ainsi que l’accès à l’information sur les aides et les primes régionales ;
- " briser la solitude " des indépendants en valorisant les bonnes expériences et en favorisant la création de réseaux ;
- faciliter le recrutement de jeunes en créant d’une part de véritables " contrats jeunes " pour les Bruxellois et d’autre part en amplifiant et mettant en réseau des formations adaptées (vente et néerlandais commercial, Horeca, etc.) afin de permettre à l’indépendant de dégager du temps et de se focaliser sur son activité économique ;
- lancer des projets pilotes regroupant les besoins collectifs de plusieurs indépendants (ex : livraisons dans un même quartier) ;
- inciter les entreprises à s’inscrire dans une démarche durable - en se préoccupant de leur environnement y compris socio-économique - à travers des aides à l’investissement plus élevée ;
- soutenir les économies d’énergie dans les commerces et chez les petits indépendants en développant un service gratuit d’Eco-conseiller ;
- élargir la conception actuelle d’économie sociale afin de pouvoir également soutenir des initiatives économiques dont l’objectif est, certes de faire du profit, mais en vue de développer des initiatives coopératives et de services  ;
- prévoir des moyens budgétaires permettant aux coopératives d’activités de développer leur fonction de soutien à la création d’entreprises ;
- lutter contre la concurrence déloyale en garantissant le respect par tous des réglementations sociales et fiscales. 8. Accorder toute sa place au commerce Le commerce est une fonction structurante dans la ville, dont il soutient l’attractivité et la convivialité. De nouveaux types de commerces apparaissent dans les quartiers - commerces de détail spécialisés, commerces de promenade dans le centre-ville,… 9 Le PS propose de :
- accompagner davantage le commerce de quartier et renforcer la dimension culturelle et créative du commerce en encourageant la création de " start up " de commerce de détail ;
- maintenir les dispositifs d’accompagnement via les GEL, les Centres d’Entreprises, l’ABE, Atrium,… ;
- poursuivre l’initiative pilote de maîtrise foncière initiée par Atrium pour fournir aux candidats commerçants des locaux à prix réduits et d’encourager davantage les communes à mener une politique fonciè re commerciale et/ou une gestion stratégique de leur patrimoine immobilier commercial ;
- renforcer l’attractivité du centre-ville par une approche cohérente de sa dimension territoriale morcelée. Il convient de mener une action capable de réunir le haut et le bas de la ville dans une approche incluant le quartier du midi, porte internationale, et sur lequel un plan d’action spécifique doit être porté ;
- renforcer la revitalisation des quartiers commerçant en déclin via les Contrats de Quartier commerçant et l’installation d’un observatoire permettant de prévenir les signes avant-coureurs de déclin. Le développement de l’offre commerciale doit en effet être étendu, via le démarchage de nouveaux commerces, la relocalisation de magasins, l’accompagnement dans la diversification des magasins, la reprise des commerces, la stratégie foncière, l’adaptation de la taille des cellules commerciales par des remembrements, etc. ;
- construire des actions de " city marketing " sur le concept de ville de commerce, en ciblant des secteurs porteurs connus (mode, stylisme, design, bande dessinée, bières, chocolats,…) mais aussi plus neufs (commerces équitables ,…). 9. Le tourisme, enjeu économique Le secteur touristique en Région bruxelloise revêt une importance majeure d’un point de vue économique. La concurrence internationale en termes de tourisme urbain est très prégnante et sera très certainement exacerbée, au regard de la crise économique actuelle, dans les tout prochains mois. Bon nombre de destinations et non des moindres (France, Grèce…) ont d’ores et déjà décidé de moyens budgétaires supplémentaires en soutien à leur secteur touristique. Bruxelles doit avoir les moyens de ses ambitions touristiques et pouvoir se mobiliser pour qualifier son offre et ses infrastructures, impliquer tous les Bruxellois dans la démarche, développer le secteur événementiel et festif, privilégier le tourisme durable et faire connaître les atouts de la destination à l’étranger. Ce sont les axes d’une politique active et innovante qui permettront in fine de développer le poids économique du tourisme et de garantir une augmentation de l’emploi dans le secteur. 10 Cette politique touristique ambitieuse, à l’échelle de la Région, ne pourra se réaliser qu’en parfaite transversalité par rapport aux autres politiques régionales : culture et patrimoine, mobilité, propreté et sécurité publiques, environnement, entre autres. Elle doit, en outre, sensibiliser les 19 communes de la Région à s’impliquer dans une démarche, certes singulière à chacune, mai s complémentaire à la démarche touristique régionale. Le classique pentagone touristique doit pouvoir s’enrichir des atouts indéniables des communes qui lui sont extérieures. Le PS propose de :
- soutenir un accueil de qualité, en : · développant des formations permanentes (langues, accueil, stages des jeunes en entreprises touristiques à Bruxelles et à l’étranger) · sensibilisant et formant à l’accueil touristique des professions liées au tourisme (taxis-STIB-SNCB-commerçants-police-communes) · améliorant l’accueil des personnes handicapées (à travers, par exemple, la publication de pages dédiées sur les différents sites internet touristiques) · améliorant la signalétique touristique dans la Région · facilitant les circuits tout en préservant l’environnement (petits bus à énergie verte,…) · développant, plus largement, un label " tourisme durable " dans le cadre de l’ordonnance sur la responsabilité sociétale des entreprises ;
- accompagner le développement d’infrastructures ;
- promouvoir Bruxelles comme ville internationale et de la culture, dans la démarche du Plan de Développement International, et valoriser le potentiel que représente le Port ;
- encourager et soutenir les initiatives de type « Grands événements » des communes ayant sur leur territoire des pôles d’attraction touristiques ou culturels ;
- axer la promotion également sur le tourisme intra-belge et … intra-bruxellois. Le PS est favorable à la régionalisation du tourisme. 10. Investir dans la recherche et l’innovation Investir dans la recherche et l’innovation, c’est investir dans l’avenir. C’est se doter d’avantages concurrentiels, créer des emplois et assurer le rayonnement de Bruxelles. Le PS propose de :
- accroître les moyens dévolus à la recherche scientifique en Région bruxelloise ;
- encourager les entreprises privées à investir dans la recherche et le développement ;
- renforcer les synergies entre les universités et les entreprises qui font de la recherche. En outre, des synergies avec les campus et les structures académiques wallonnes doivent être mises en place ; 11
- renforcer le soutien aux projets innovants et la coopération entre les acteurs de ce soutien que sont l’Institut d’Encouragement à la Recherche Scientifique et de l’Innovation de Bruxelles (IRSIB), l’Institut de Recherche Interdisciplinaires sur Bruxelles et l’Agence Bruxelloise pour l’Entreprise (ABE) ;
- diriger les mécanismes d’aide essentiellement sur les secteurs technologiques ou innovants dans lesquels la Région a pu développer des talents académiques ou économiques et qui sont créateurs d’emplois qualifiés et moins qualifiés, comme les microtechniques, la génomique (biologie médicale), les arts graphiques et l’audiovisuel, la mode, les métiers liés à l’économie de l’environnement ;
- apporter des aides aux entreprises si elles sont porteuses d’emplois et en particulier si elles s’appuient sur des perspectives de développement durable. Pour cela, il faut parvenir à créer une chaîne de valeur complète qui intègre les aspects de recherche/innovation, emploi et formation (les secteurs à haute valeur ajoutée sont porteurs d’emplois moyennement qualifiés) ;
- développer de nouveaux incubateurs d’entreprises spin-off issues des résultats de la recherche ;
- conclure une convention entre la Région bruxelloise et les universités pour développer un centre de recherche interdisciplinaire en économie régionale qui publiera des comptes-rendus électroniques vulgarisés sur les thèmes de recherche en cours. 11. Soutenir les industries culturelles La Région a développé divers instruments de soutien économique aux secteurs de la mode et du design. Elle vient également d’initier un programme de soutien à l’industrie audiovisuelle à travers sa participation au Fonds Wallimage, de manière à permettre aux professionnels bruxellois de bénéficier également de se s aides économiques. Le PS propose de :
- étendre l’aide au développement de l’emploi et des activités du secteur audiovisuel à Bruxelles, en poursuivant notamment la collaboration avec Wallimage et en soutenant le développement des infrastructures nécessaires, dont la création d’un grand studio de tournage sur le territoire de la Région ;
- uniformiser et faciliter les démarches administratives dans l’exercice d’activités audiovisuelles sur le territoire de la Région, notamment en termes d’autorisations de tournage, de voirie, … ;
- poursuivre le soutien aux secteurs de la mode et du design, en renforçant notamment le rôle de vitrine et d’appui que leur offre le Centre Mode Design ;
- mettre à contribution l’emploi régional subventionné pour renforcer l’emploi dans le secteur culturel.

Vous trouverez le reste du programme en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.ps.be/_iusr/programme_ps_bruxellois___elections_7_juin_2009.pdf

Photos de la rencontre :

JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 3.9 Mo
JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.3 Mo
JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.3 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.1 Mo
JPEG - 4.2 Mo
JPEG - 4.1 Mo

Répondre à cet article

Veuillez vous connecter afin de participer au forum
Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Galerie image


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]